L’objectif de ce site, géré par un groupe de laïcs orthodoxes français, est de donner quelques éléments de connaissance et de compréhension touchant à la biographie et à l’œuvre d’Eugraph Kovalevsky.

 

 

 

 

Eugraph Kovalevsky - Evêque Jean de Saint Denis

« Dieu a voulu, à notre époque par mille moyens, amener les chrétiens à chercher l’union dans son Église, en mélangeant les peuples, en les obligeant à surpasser les frontières historiques, en réduisant en poussière les préjugés sectaires, les préjugés qui arrêtent les flots larges de la tradition catholique et apostolique. Dans cette œuvre le Seigneur et Maître de notre histoire a voulu montrer la richesse et la plénitude de l’orthodoxie aux peuples occidentaux, et parmi eux, au peuple aimé par Sa Mère, Marie la très pure, la France. Qui peut douter que nous sommes à la veille du Rayonnement de l’orthodoxie dans l’univers ; ce qui se passe dans le monde actuel n’est que le quatrième dimanche de l’Avent ; comme dit Malachie "le jour vient, il est proche".

De même qu’autrefois Dieu dispersa Israël dans le monde pour préparer les voies aux apôtres, de même, en nos jours Il disperse les différents peuples orthodoxes dans l’univers, et une grande masse en France, afin qu’ils préparent le terrain, aplanissent les monts et élèvent les plaines ; à Babylone, Il confondit les langues pour séparer, à présent Il mélange les peuples pour les unir.

Grâce à la diaspora orthodoxe, l’Église méconnue et inconnue découvre son vrai visage, les mouvements de rapprochement, les rencontres entre les catholiques romains, les protestants et les orthodoxes deviennent fréquents, les rayons divins venus d’Orient touchent les âmes occidentales.»  1945

« Il ne s'agissait point d'une quelconque tolérance de telle ou telle coutume, mais de la restauration dans l'orthodoxie universelle, du visage légitime, immortel et orthodoxe de l'Occident. »

Eugraph Kovalevsky, 1926

 

 

 

« C’est uniquement la restauration du Patriarcat orthodoxe de Rome et de l’Église Orthodoxe de France qui peut sauver la civilisation occidentale. »

Eugraph Kovalevsky, 1948