Le rite des Gaules du 1er millénaire

 

Dissertation du Père Pierre Lebrun (XVIIIe)

L'Ancienne liturgie des Gaules a été, dès les premiers siècles, différente de la Romaine. Elle devait venir des Églises d'Orient, et elle a été en usage jusqu'au temps de Pépin et de Charlemagne vers la fin du 8ème siècle. Les grandes relations que Pépin eut avec le Pape Étienne III, qui vint en France, et ensuite avec le Pape Paul 1er, l'an 758, lui inspirèrent d'introduire le chant romain dans toute la France. ...

Lire la suite

 

Cours de Dom Lambert Bauduin sur la liturgie occidentale

... J’en conclus donc ceci à partir du Ve siècle, deux usages distincts, deux liturgies ont cours, la liturgie romaine (avec l'Afrique du Nord) et la gal­licane (avec Milan et celles qui l'accompagnent). Cette remarque illustre ce que je viens de dire car les Églises de Gaule ne pensèrent jamais que leur liturgie, différente de celle de Rome, les en séparait. Tous ces pays demeuraient œcuméniques, tout en gardant leurs rites particuliers.

Mais d'où vient cette liturgie transalpine ou gallicane, si répandue dans les trois quarts de l’Europe ? De grandes discussions persistent à ce sujet. Les historiens avancent deux thèses principales : les uns disent (surtout en Angleterre et en Allemagne) que la liturgie gallicane partait de l'Église d’Ephèse, par l’intermédiaire de Saint Irénée de Lyon, venu d'Ephèse à Lyon au deuxième siècle. Or, saint Irénée ayant connu Saint Polycarpe qui lui avait parlé de Saint Jean, est un Père apostolique et la source de cette tradition. Duchesne croit, c'est la seconde thèse, que la liturgie gallicane arrivait de Milan qui pratiquait une liturgie spéciale. Ce n'est que reculer le problème car d’où sortait la liturgie milanaise ? Elle venait d’Orient... Milan eut plusieurs évêques orientaux dont Auxence, et c’est leur influence qui s’exerça sur les provinces transalpines.

Quoi qu'il en soit, retenez que l'Occident au Ve siècle possédait deux litur­gies. Ce fait me réjouit beaucoup. Cette Espagne qui est restée attachée à sa tradition jusqu’au XIIe siècle, c’est magnifique ! On vient de publier les liturgies wisigothiques, elles ressemblent tellement aux liturgies orien­tales. Ce que je désire, ce que je voudrais, c’est que l'on reprenne avec toute sa dignité la liturgie célébrée au VIe siècle ! Il y a des masses de choses mortes qu’il faut ressusciter pour nous éclairer et nous édifier. ...

Lire la suite

 

Cours de Maxime Kovalevsky sur la liturgie des Gaules

... Grâce aux documents que le Père Lebrun avait su retrouver, il avait ébauché une reconstitution de ce rite qui avait une originalité propre : "Ce petit traité de saint Germain nous apprend plusieurs particularités de la messe gallicane qu'on ignorait et qui nous donne lieu de regarder plus attentivement ce que nous en connaissons". 

Ajoutons ces lignes de Mgr Duchesne qui écrit en 1909 : "L'usage gallican ayant à peu près disparu, il serait difficile de se faire de visu une idée de ce qu'étaient autrefois les cérémonies de la messe solennelle dans les églises de ce rite. Heureusement saint Germain de Paris (+ 576) nous en a laissé une description assez précise et bien plus ancienne que les ordinae romaines. Je me bornerai donc à suivre ce vénérable auteur, en reproduisant son texte et en le confrontant avec les autres documents de l'usage gallican, c'est à dire les livres mozarabiques, les livres liturgiques de la Gaule mérovingienne, de la Bretagne et de l'Italie du Nord". ...

Lire la suite

 

Notes sur la liturgie gallicane vers le VIe siècle du Professeur I.D. Stefanesco

La Liturgie Gallicane est le rite occidental le plus ancien et, dans un sens, le plus intéressant, des considérations scientifiques fort importantes assignant à la liturgie romaine une place à part.

Apparenté de près au rite mozarabe d'Espagne et au rite ambroisien de Milan, il a été celui de l'église de Paris au VIe siècle et, très probablement avant cette date. On le retrouve dans le rite romain qui le supplanta. D'origine et d'inspiration orientales, il fut introduit en Occident au IVe siècle, à Milan en premier lieu. Il s'étendit ensuite au Nord de l'Italie, en Gaule et en Espagne, en Bretagne et en Irlande. Des monuments illustrés révèlent l'usage du rite gallican dans la région du Danube, au Sud-ouest de la Transylvanie. Ils forment une découverte de date récente et vont nous occuper ici. ...

Lire la suite