La survivance du rite des Gaules au 2e millénaire

 

Le diacre Alcuin

La politique de Pépin le Bref et de Charlemagne, comme on le sait, fut de remplacer le rite des Gaules par le rite romain. Ils y réussirent mais, clandestinement, imperceptiblement, nombre de particularités et de textes survécurent et se faufilèrent non seulement en France mais aussi dans la liturgie de la Ville Éternelle.

[...] Une des figures que nous devons évoquer est celle du diacre Alcuin, chargé par l’empereur Charlemagne d’imposer partout le rite romain : il accomplit cet ordre avec obéissance. Toutefois, amoureux des textes anciens de France, il les sauva de l’oubli en les employant comme prières de rechange, messes votives…

Lire la suite

 

Depuis Alcuin jusqu'au Père Lebrun

Le « De actione Missae » (P.L.t.CLXIII) du diacre Florius de Lyon (post-réforme de Charlemagne) nous guide dans le cérémoniaire de la messe sous forme gallicane.

L’élan créateur de l’ancien rite de France, en dépit de sa suppression, anime le Moyen Age. Les admirables antiennes : « Ô… » qui annoncent Noël continuent la même tonalité ; elles datent vraisemblablement du XIIe siècle.

Pendant la Renaissance le Cardinal Ximenes de Cineros (†1517), Archevêque de Tolède, fondateur de l’Université d’Alcala, imprime le Missel et le Bréviaire mozarabes, et l’œcuménique liturgiste Georges Cassandre (†1566) publie des œuvres inédites de l’époque mérovingienne.

Lire la suite

 

Dissertation du Père Pierre Lebrun au XVIIIe

Nous avons six monuments de la Liturgie gallicane, savoir quatre missels, un lectionnaire et une exposition de la Messe.
Le Cardinal Bona avait indiqué deux de ces missels. Le Père Thomasi (depuis cardinal) en trouva un troisième, et il les fit imprimer tous trois à Rome en 1680 dans un même volume avec le Sacramentaire de saint Gélase ; et le Père Mabillon les fit réimprimer à Paris l'an 1685, dans son livre De la Liturgie gallicane.

Lire la suite

 

Du Père Lebrun aux temps actuels

Au XIXe siècle, F. J. Mone († 1871) découvre à Karlsruhe le plus ancien des missels gallicans, et fait paraître des hymnes inédits du Moyen Age.

Ce XIXe siècle, ainsi que le nôtre, est trop complexe pour être analysés même rapidement. Les ouvrages sur le rite des Gaules sont nombreux. Les hypothèses les plus diverses se succèdent, se chevauchent dans tous les domaines : liturgiques, théologiques, bibliques.

Lire la suite