Homélie sans date - quatrième dimanche de l'Avent

 

... Il y a une précipitation des temps de l'avènement du Christ, la liturgie, comment dirai-je, accélère cette attente et dans l'évangile d'aujourd'hui... il reprend encore l'ami de l'époux, l'ange, le messager, le précurseur, Jean Baptiste, afin que par sa personne et ses paroles et son témoignage, notre âme se prépare de plus en plus au grand mystère de notre rédemption, naissance du Christ.

Souvent, j'ai insisté ce dimanche de l'Avent sur un sujet, et aujourd'hui je vais encore une fois revenir. Car ce sujet que je vais traiter avec vous est urgent pour chaque âme. On demande: qu'est-ce que tu témoigne de toi-même. Et Jean Baptiste répond : "je ne suis pas ni Christ, ni prophète, ni Élie". Et pourtant Christ oint, David était oint, lui était oint par le Saint-Esprit pour prophétiser. Il était un des Christ, Il était prophète et plus grand que les prophètes. Il était dans l'esprit d'Élie et pourtant il dit ni Christ, ni prophète ni Élie. Et, il se définit, et c'est ici mon sujet, il se définit "je suis la voix qui crie dans le désert, « aplanissez le chemin du Seigneur »". Il se définit par un texte d'Isaïe. De même, chacun de nous a son texte, en tant que nous disons, par un autre, il n'est pas aussi personnel. Chacun a son texte dans les écritures. Vous savez que dans les moments difficiles, tout d'un coup un texte ressort et nous soutient, et celui qui a trouvé son texte le médite et le porte, est-ce "aie pitié de moi Seigneur selon Ta grande miséricorde", ou, "je suis..." "ne méprise pas l' œuvre de Tes mains", ou n'importe quoi, ce texte là est notre lumière et notre voix intérieure. Voilà pourquoi demandez au Seigneur dans la méditation : quel est mon texte, mon graduel, pour moi, pour ma vie, pour réalisation de ma personne.

Mais après Jean Baptiste dit: "je suis pas digne de délier les sandales de Celui Qui est parmi vous et que vous connaissez pas". Vous savez comment on distingue l'homme évolué spirituellement et l'homme qui n'est pas évolué. Plus l'homme est évolué, plus il est humble. L'homme le plus grand parmi tous les hommes se sent indigne d'être aux pieds de Jésus, être indigne délier ses sandales. Ne vous imaginez pas que cette splendeur qui est humilité se gagne facilement, mais poursuivez. Si votre texte de l'Écriture peut vous aider de retrouver votre personne, marchez dans le chemin en combattant toutes les formes d'ambition, d'orgueil vers l'humilité parfaite, et vous serez sur le chemin du Seigneur, et vous allez aplanir la voie du Seigneur. Car qu'est-ce que c'est les voies aplanies ? Aplanies de ces hauts lieux de notre amour propre et orgueil.

Aimez l'humilité devant Dieu. Poursuivez comme un but suprême, amen.